Le Qi Gong/Yoga/Pilates


Meditations1

Tai-Chi-et-Qui-Gong-opera-plage

Dans les parcs, sur le pas de leur porte, ou même à l’usine, les Chinois sont des millions à pratiquer quotidiennement des exercices physiques qui ressemblent à une gymnastique douce. De plus en plus d’Occidentaux suivent leur exemple et pratiquent le tai-chi (Tai Ji Quan) ou le Qi Gong (se prononce tchi koung). Ensemble, ces 2 approches sont considérées comme étant de l’« entraînement énergétique », selon les principes de la Médecine traditionnelle Chinoise.

Le Qi Gong se différencie principalement du tai-chi par la place prépondérante qu’il accorde à la maîtrise de « l’énergie vitale ». En effet, le mot Qi, dans Qi Gong, désigne le flux énergétique omniprésent qui anime toute chose, et qui est l’un des concepts fondamentaux de la Médecine traditionnelle chinoise. Gong voulant dire travail ou entraînement, le Qi Gong est une pratique qui consiste à entraîner le Qi, c’est-à-dire le mobiliser, le renforcer, l’accroître, l’épurer, l’équilibrer et le faire circuler harmonieusement dans le corps et l’esprit.

Maîtriser le Qi par le corps

La pratique régulière du Qi Gong est destinée à renforcer et assouplir la structure musculosquelettique du corps et à optimiser les fonctions de l’organisme, dans le but d’entretenir la santé et de promouvoir la longévité. Dans le cas de maladies, elle peut participer à la guérison. En favorisant la concentration, le Qi Gong serait aussi bénéfique dans de multiples domaines : professionnel, sportif, artistique ou éducatif. Il existe également des exercices conçus spécifiquement pour préserver et renforcer l’énergie sexuelle.

Par le contrôle du corps, de la respiration et de la pensée, les adeptes du Qi Gong peuvent aussi apprendre à percevoir leur énergie vitale, à la concentrer et à la diriger le long des trajets d’énergie (les méridiens de l’acupuncture). Ils pourraient même en venir à absorber directement le Qi de la terre, du ciel ou de la nature. Pour pratiquer le Qi Gong, on utilise :

  • Des mouvements très diversifiés et généralement très lents, ou des enchaînements de mouvements.
  • Des postures immobiles, tenues un certain temps.
  • Des étirements et des ondulations.
  • Des exercices respiratoires, entre autres par la récitation continue de sons sans signification.
  • Une grande attention mentale.
  • La visualisation et la méditation.

Une connaissance approfondie de la Médecine traditionnelle chinoise n’est pas indispensable à la pratique du Qi Gong.

On peut s’en tenir à considérer le Qi Gong comme une gymnastique, et en retirer de nombreux bénéfices ; mais ce serait passer à côté de beaucoup de ses vastes possibilités. Les enseignants de Qi Gong, par contre, doivent avoir une excellente compréhension de la Médecine traditionnelle Chinoise afin d’orienter les pratiquants vers les exercices appropriés à leur état.

Une marche vers la santé, pas un traitement miraculeux

Le Qi Gong n’est pas constitué de recettes miracles susceptibles de guérir spécifiquement telle ou telle maladie. Mais une pratique assidue permettrait d’activer la puissante force soutenant les mécanismes autonomes de guérison de l’individu. Ainsi, une même classe de Qi Gong pourrait regrouper des personnes qui veulent se maintenir en forme, d’autres qui cherchent à se libérer du stress et d’autres encore qui souffrent d’une maladie particulière.

Selon ses praticiens, la pratique régulière permettrait entre autres les applications suivantes :

Prévention. Promouvoir la souplesse, la détente, la relaxation, la gestion du stress, l’équilibre psychosomatique, une meilleure vitalité, la prévention des maladies, l’entretien de la mémoire et un meilleur sommeil.

Approche curative. Améliorer la santé des personnes souffrant, entre autres, de maladies cardiovasculaires, d’hypertension, d’insomnie, de déficit oculaire, de diabète, de paralysie, de maladies dégénératives, de déficit profond de l’immunité, d’asthme et d’hypercholestérolémie.

Épanouissement sportif. Augmenter la qualité du contrôle, l’endurance, la respiration et la capacité de propulsion soudaine.

Développement personnel. Moduler la réponse émotionnelle et l’adaptation au stress psycho-émotionnel ou affectif. Favoriser, tant chez l’adulte que chez l’enfant, la mémorisation, l’effort intellectuel, l’imagination et la créativité.

Ouverture spirituelle. Favoriser le développement de certaines qualités, comme le calme, la sérénité et le lâcher-prise.

Qi Qong two

                                        xxxxxxxxxxxxxxx

12376548_10205334112818478_3023974185473114381_n

 

Je pense avoir longtemps eu des idées préconçues de ce qu’était le yoga ….

Évidemment aujourd’hui, j’ai fait beaucoup de chemin et à force d’être au contact avec de supers « yogis » j’ai bien entendu changé d’avis ; mais lorsque je parle de ma pratique autour de moi, cela m’arrive encore d’entendre un certain nombre de choses dont les suivantes :

Voici donc les 5 idées fausses qu’on peut avoir sur le yoga :

1/ Il faut être très souple
Ce qu’il en est : FAUX ET ARCHI-FAUX ! Le yoga ne demande aucun prérequis en matière de souplesse. Ne pas être capable de toucher le sol avec ses mains en se penchant en avant n’est absolument pas un problème. On pose ses mains sur ses tibias et ça va très bien !!! Dans la pratique, chacun va à son rythme et fait en fonction de la forme du moment ou de son « niveau » de yoga. Il existe d’ailleurs de nombreux cours. Tous niveaux auxquels participent des pratiquants habitués et d’autres moins…. Et puis faites-vous confiance, vous progresserez très vite et vous sentirez un peu plus souple très rapidement.
Dans la vraie vie : On s’est tous retrouvé au moins une fois à côté de quelqu’un d’hyper souple. Là sur le tapis d’à côté, un ou une inconnu( e ) qui se retrouve le nez collé au sol ou sur ses genoux pendant que nous on galère pour poser nos coudes (vous voyez ce que je veux dire….). Cette personne devient notre pire ennemie et de temps en temps on lui lance un regard noir !!!!

2/ C’est un peu mou et un peu lent (variante : c’est pour les mamies)
Ce qu’il en est : Je crois que c’est l’idée la plus répandue sur le yoga que j’ai eu l’occasion d’entendre. Mais encore une fois, cela vient essentiellement d’une méconnaissance. Il existe des styles de yoga plus lents que d’autres mais il en existe aussi des très dynamiques et qui permettent de monter particulièrement en cardio.
Dans la vraie vie : Assise sur mon tapis dans un atelier de Hatha, je me suis déjà surprise à penser « Wouah la « vache » c’est hyper physique, qu’elle force il faut pour réussir certaines postures ! je transpiiiiiire …. Et oui !!

3/ Les pratiquants de yoga sont un peu illuminés (variante : ils chantent et prient en respirant des huiles essentielles)
Ce qu’il en est : Le yoga n’est pas une démarche uniquement spirituelle. Ceux qui cherchent une pratique sportive peuvent y trouver leur compte. Encore une fois il s’agit de bien choisir son cours, son professeur et pour cela il faut parfois en essayer plusieurs. On ne chante pas à tous les cours même si – oui – on récite souvent le OM.
Dans la vraie vie : J’ai fait une fois un cours où la prof nous a appliqué de l’huile essentielle sur les poignets ( ?? ). Je ne comprenais pas bien l’objectif de ce geste et dès que je me retrouvais le visage proche de mes mains (posture du chien à la tête en bas par exemple) j’étais particulièrement gênée par l’odeur que je trouvais trop forte. Du coup j’arrêtais de respirer !!! Cela ne s’est pas reproduit depuis, je ne vais plus à son cours

4/ J’ai besoin d’un « vrai » sport
C’est un peu une variante du point n°2. Les sportifs habitués ont parfois l’impression que le yoga est ennuyeux et qu’ils ne pourront pas conserver leur forme physique en pratiquant uniquement cette discipline. Encore faux, car c’est un véritable complément à tout autre activité et même pratiqué seul le yoga révèle une extraordinaire densité d’action qui plus est en agissant sur le mental. Le yoga est euphorisant, équilibre les énergies et apaise.

5/ Le yoga est une mode
Le yoga, pour info a été créé entre le 2ème et le 5ème siècle avant J.C (pas de date précise) en Inde. Cette discipline a cependant connu un regain d’intérêt depuis quelques années et s’est très largement développée surtout dans les grandes agglomérations car les gens (en général) se posent de plus en plus de questions sur leur style de vie et cherchent souvent à donner « du sens » à leur vie (alimentation, loisirs, sports, moyens de transports, empreinte environnementale….). Oui, d’une certaine manière le yoga est une mode, comme le running ou certains styles de sports dansés….. Mais il s’accompagne d’une philosophie, il s’agit aussi d’une forme d’engagement spirituel et de ce fait on ne peut le restreindre à un phénomène tendance.

…. et un bonus pour la route
6/ Il faut avoir un style de vie sain (variante : être végétarien)
Ce qu’il en est : On l’a dit, le yoga s’accompagne d’un engagement spirituel. L’un des principes du yoga est la non-violence. Ici (vu le sujet que je traite) comprendre qu’on ne tue pas d’animaux pour les manger. A priori donc le yogi est végétarien…. OK !!
Dans la vraie vie : Oups ! « Je vais vous prendre le burger – saignante la viande siouplait…. »

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

110222095916_pilates_logo_long

L’origine du Pilates

Un infirmier allemand, Joseph Pilates, a donné son nom à la discipline. Fait prisonnier lors de la première guerre mondiale, il a profité de son incarcération pour imaginer une nouvelle gymnastique dans sa cellule. Lorsqu’il sort de prison, il continue la pratique et se met à enseigner sa méthode en ouvrant un studio en 1926. En octobre 2000, un jugement prononcé aux Etats-Unis reconnaît le Pilates comme une discipline physique.

Les bases du Pilates

​Le Pilates vise à «développer le corps de façon harmonieuse, rectifier les mauvaises postures, restituer la vitalité physique, et stimuler l’esprit et l’élève
Il existe plus de 500 exercices, basés sur ces principes essentiels :
– La respiration : Il ne s’agit pas d’une respiration abdominale (avec le ventre) mais costale (avec le thorax), qui muscle les abdominaux en profondeur.
La concentration : Tous les mouvements viennent du centre du corps, vous devez focaliser votre attention sur vos exercices pour les calquer sur la respiration.
Le contrôle : Les mouvements doivent être précis et maîtrisés.
La fluidité : Tous les mouvements sont lents et fluides, sans à-coup. Votre respiration est continue.
Le centrage : La zone centrale du corps (entre le pubis et les côtes du bas) est très importante et doit être engagée sur chaque mouvement. C’est ce qu’on appelle la « centrale d’énergie ».
L’ordre : Il faut enchaîner les exercices dans un ordre précis.
La relaxation : En fin de séance, notamment pour étirer les muscles après l’effort.

Comment pratiquer le Pilates ?

Lors d’une séance de Pilates, les exercices consistent à adopter des postures différentes qui sollicitent tour à tour tous les muscles du corps, dans un ordre établi. L’accent est notamment porté sur la zone centrale du corps pour faire travailler les abdominaux.
Pour votre pratique, vous aurez seulement besoin d’un tapis de sol et d’une tenue confortable. Des accessoires peuvent également être utilisés, ils ont été introduits plus tard dans la discipline :
Le ballon : Il doit être assez gros et permet de travailler l’équilibre.
L’élastique ou Rubber Band : utile pour les étirements ou encore pour les exercices en résistance.
Le cercle : Placé entre les jambes, il aide à muscler les cuisses.
Le boudin en mousse : Comme le ballon, il fait travailler l’équilibre

pilates A qui conseiller le Pilates ?

Tous le monde peut pratiquer le Pilates car les exercices, s’ils sont exigeants, ne sont ni violents, ni traumatisants pour le corps. On le recommande :
– Aux personnes pas ou peu sportives.
– A ceux qui souffrent de stress, fatigue, raideurs, aux femmes enceintes ou qui viennent d’accoucher, aux personnes âgées, aux personnes blessées en convalescence.
Pour les futures mamans ou les personnes fragiles, le suivi du médecin est néanmoins indispensable.

– Et tous sportifs souhaitant apporter un complément d’exercices en musclant en profondeur.

Les bienfaits de la méthode Pilates

​Ils sont nombreux ! Le Pilates agit à la fois sur le corps et l’esprit :
– Il diminue les douleurs grâce au renforcement musculaire en profondeur (dos, bassin).
– Il tonifie, affine et assouplit en étirant et raffermissant les muscles.
– Il améliore le souffle grâce au travail sur la respiration.
– Il détend et aide à lutter contre le stress physique et mental.
– Il nous aide à nous redresser grâce au travail postural, on apprend à mieux se tenir.